• Cette année je me suis lancé en solo sur cette fameuse Saintélyon. 69 km à parcourir et 1300m D+.
  • Départ à minuit, nous sommes 4400 solos !! Pas de pluie, mais il a beaucoup plu toute l'après-midi. L'ambiance est magique. Au départ, je me force à courir ducement, mais malgré tout le cardio est plutôt à 78% qu'à 72-76% qui était mon objectif. Arrivent les premières côtes sur la route, je marche un peu, puis dans les chemins. Là c'est une autre histoire : la boue est omniprésente, soit se collant aux chaussures, soit rendant la foulée glissante.
  • Je passe à St Christo (15,5 km) en 1h49'52" (temps officiel) et 1841e. Pile dans mon plan (1h50), mais avec une FC un peu élevée : 81% (155 bpm). Je m'arrête 2 minutes au ravitaillement le temps de remplir ma gourde et d'attraper du pain d'épice.
  • Ensuite, le parcours étant majoritairement composé de chemins, la boue est très génante. Et malgré le maintien de l'intensité dans l'effort, la vitesse baisse franchement. Au ravitaillement du Moreau (22,5 km), je prends quelques carreaux de chocolat. Plus loin, à Ste Catherine, je suis 1762e en 3h24', soit 9' de retard sur mon plan. FC 79%. Arrêt de 2 minutes au ravitaillement pour remplir la gourde (1 litre).
  • Jusque là, la météo est clémente avec même la pleine lune qui nous accompagne. Devant et derrière, un serpent lumineux dévoile l'itinéraire. Et au loin les lumières de St Etienne, puis de la vallée du Rhône. La température est proche de zéro, avec un vent très faible sur les crêtes. Je cours avec 2 couches, gants et bandeau sur les oreilles ; parfait.
  • Les quelques km après Ste Catherine sont encore assez boueux. Puis nous passons dans le bois d'Arfeuille, finalement pas si glissant. Enfin nous retrouvons la route à St Genoux (36,5 km). Là je ne m'arrête pas au ravitaillement (trop le bazar et j'ai encore de quoi boire et une barre de céréales dans le sac). 4h31 soit 20' de retard. FC 81%.
  • Ensuite, après la côte (dans laquelle je sors le MP3 du sac et continue en musique sachant la suite moins exigeant en terme d'attention) et , la longue descente vers Soucieu. Je suis sur mes terres, je connais le parcours par coeur et, sur cette majorité de bitûme, j'arrive bien à dérouler. A Soucieu (45,5 km), je pointe 1276e en 5h25, FC 82%. Le retard n'est plus que de 16'. Long arrêt au ravitaillement (8') pour discuter avec Gérard qui a abandonné à Ste Catherine (douelur à la cheville) et faire le point sur le relais de mes collègues avec qui je devais terminer. Mais apparement, ils sont loin derrière, alors je file.
  • Encore en secteur connu : descente vers le garon, passage de la passerelle, remontée au centre équestre de Chaponost.Puis moins connu mais dans les rues plates de Chaponost. Passage dans les chemins du parc, une montée un peu boueuse et nous voilà à redescendre vers Beaunant. Passage en 6h48. Retard 23'. Je saute encore le ravitaillement et puise dans les réserves de mon sac à dos.
  • Ensuite c'est la raide et longue montée sur Ste Foy lès Lyon. Pas de stress : je marche sans trop forcer pour me détendre un peu après autant de descente. Au sommet de Ste Foy, nous passons le panneau Arrivée 10 km. C'est motivant. Descente sur Lyon. On longe les quai de Saône, sur des pavés, avec passages de rampes et escaliers.A Bellecour, il reste 6 km. Je laisse encore le ravitaillement.
  • Je continue à boire régulièrement mais mange assez peu. Au bout du pont de la Guillotière, il reste 5 km. Là je commence à piocher sérieusement. Je me force à courir. L'envie de marcher est très forte. Je cède, 2 ou 3 fois durant 2 minutes. Sur les quais, c'est long et monotone. Les ponts se succèdent. Enfin les abords du Parc de la tête d'Or. Je cours à plus de 7'/km mais cours quand même.Enfin on voit la banderolle. J'accélère à peine. Lève les bras, épuisé mais heureux de passer la ligne et d'enfiler le beau maillot FINISHER.
  • Temps officiel : 8h12'15" - 968e, et 374e V1
  • Pour info FC moyenne 78% (149 bpm).